b-testo-510Le saviez-vous, un seul appareil suffit pour réaliser 2 mesures distinctes sur une chaudière : mesure de pression gaz et de tirage.

A l’installation ou dans le cadre d’un contrat d’entretien, il est nécessaire de réaliser des mesures de pression gaz et de tirage sur une chaudière pour s’assurer de son bon fonctionnement. Un seul appareil de mesure de type analyseur de combustion ou manomètre suffit pour réaliser ces deux mesures distinctes. Il faut cependant respecter quelques précautions que nous délivre notre expert de la société Testo.

Différences entre mesure de pression gaz et mesure de tirage

Ces 2 paramètres mesurés sur une chaudière n’ont en commun que le capteur présent sur l’analyseur de combustion. Il s’agit toujours d’une mesure de pression mais sans rapport dans leur ordre de grandeur. On mesure une pression gaz de quelques dizaines de mbar (ou hPa) au niveau du brûleur et le tirage en Pascal dans le conduit pour s’assurer que les gaz brûlés sont évacués.

On distingue plusieurs mesures de pression gaz :

  • pression gaz statique = pression gaz à l’arrivée de la chaudière arrêtée,
  • pression gaz dynamique = pression gaz à l’arrivée de la chaudière en marche,
  • pression gaz de la rampe en mode ECS ,
  • pression gaz de la rampe en mode chauffage.

Le tirage naturel est généré par la différence de température entre les produits de combustion et l’air ambiant. La mesure de tirage ne s’effectue que sur des chaudières à gaz à conduit de fumées de type B (non-étanches) et des chaudières à bois.

Précautions à respecter pour réaliser une mesure de pression gaz et une mesure de tirage

Toute mesure de pression commence par une mise à zéro du capteur. Il est donc nécessaire de savoir comment fonctionne son appareil de mesure et de se référer à son mode d’emploi. Quel que soit l’appareil utilisé, il faut vérifier s’il permet, durant la mise à zéro du capteur de pression, la mise en pression ou non. En mesure de pression gaz, s’assurer qu’avant la mise à zéro le flexible puisse être raccordé entre l’appareil et la prise de mesure.

Pour la mesure de tirage, il faut contrôler que la sonde de l’appareil puisse être en place dans les gaz de combustion lors du décompte de la mise à zéro. Une mesure de tirage, de quelques Pascal, est une valeur très faible à laquelle il faut apporter un maximum de précautions : ne pas prolonger la mesure, quelques secondes suffisent. Positionner l’appareil en fixe à l’aide d’aimants pour empêcher qu’il ne bouge et que cela n’interfère sur le résultat. Favoriser plusieurs mesures de courtes durées plutôt qu’une mesure de longue durée. Si votre appareil n’effectue pas de mise à zéro automatiquement, procédez à une mise à zéro systématique avant chaque nouvelle mesure. (Tout en respectant la mise en garde précédente sur le positionnement de la sonde lors de la mise à zéro !)

Lors de la mesure de tirage, les ouvertures du local doivent être fermées, l’éventuelle hotte à l’arrêt, la chaudière en marche et en température.

Dysfonctionnements constatés lors d’une mesure de pression gaz et de tirage :
  • Pression gaz statique : Sa valeur est proche de 21 mbar. Trop basse, elle met en évidence un problème d’alimentation du réseau.
  • Pression gaz dynamique : Une perte de charge trop importante signale un problème sur l’installation (encrassement d’un filtre, …).
  • Pression gaz de la rampe maximum : en mode ECS, la puissance sera-t-elle suffisante pour les besoins requis, une pression trop faible entraînera un manque de puissance pour la montée en température de l’ECS.
  • Pression gaz de la rampe minimum : l’objectif est d’atteindre la plus petite flamme stable pouvant être produite et de répondre aux caractéristiques du fabricant. Trop petite, la flamme s’éteint prématurément ou la chaudière ne démarre pas.
  • Pression gaz rampe chauffage maxi : l’objectif est d’optimiser la puissance fournie en chauffage à l’installation présente (radiateurs, plancher chauffant).
  • La mesure de tirage doit indiquer sur une chaudière gaz une valeur très faible, inférieure à -3 Pa. Une valeur égale à zéro ou positive représente un danger de refoulement des gaz de combustion  !
  • Sur les chaudières bois, le tirage naturel créé est de l’ordre de -10 à -15 Pa. En conditions hivernales prononcées, le tirage peut atteindre -50 Pa, avec des températures de fumées très élevées à mesurer avec un analyseur de combustion et une surconsommation de bois entraînant une détérioration du conduit.