Pour garantir la sécurité et le bon rendement des installations froid, les frigoristes sont soumis à une réglementation stricte. Ils ont notamment l’obligation d’effectuer certains contrôles à intervalles réguliers. Décryptage avec Testo.

Deux types d’installations frigorifiques
Tout équipement contenant plus de 2 kg de fluide frigorigène est encadré par la réglementation de 2007, mise à jour le 11 mars 2016.

La réglementation impose aux professionnels de vérifier les installations frigorifiques de manière régulière, au minimum une fois par an. Elles nécessitent parfois une inspection plus fréquente en fonction de leur taille et de la quantité de fluide qu’elles contiennent.

On distingue deux types d’installations frigorifiques :

  • les machines à froid positif : elles produisent un froid supérieur à 0°C. Il s’agit des climatiseurs, des pompes à chaleur réversibles et des rayons frais dans les magasins alimentaires.
  • les machines à froid négatif, qui produisent un froid inférieur à 0°C. On les trouve dans les chambres froides, les entrepôts ou les rayons surgelés des commerces.

Quatre valeurs à contrôler
En fonction du type de machine, le frigoriste devra effectuer plusieurs mesures. Néanmoins, quatre valeurs sont communes à toutes les installations frigorifiques et doivent être contrôlées obligatoirement, de manière régulière.

La pression
Chaque installation est dotée d’un compresseur, dont le rôle est de mettre le fluide frigorigène en pression. Pour assurer le bon fonctionnement de l’appareil, la pression doit donc être contrôlée avant (BP : basse pression) et après (HP : haute pression) le compresseur.

La température
La température est indissociable de la pression, elles doivent donc être contrôlées en même temps. En fonction des mesures de basse et de haute pression, le frigoriste calcule une température d’évaporation et une température de condensation du fluide. Ces deux températures sont des valeurs théoriques de changement d’état et doivent être comparées aux températures réelles de l’installation, que le professionnel mesure à l’aide de sondes de température connectées à son manomètre. Ce contrôle lui permet de calculer l’écart de la température théorique avec la température réelle et de définir la valeur de surchauffe et la valeur de sous-refroidissement. Grâce à ces deux valeurs, il peut ainsi s’assurer de la sécurité et du bon rendement de l’installation.

Pour effectuer cette vérification, le frigoriste a le choix d’utiliser un manomètre à aiguille couplé à un thermomètre, ou un manomètre électronique de type testo 550/557 ou testo 570. Ces appareils ont l’avantage de calculer automatiquement la température d’évaporation, la température de condensation, la valeur de surchauffe et la valeur de sous-refroidissement en fonction de la pression et de la température mesurées. De type « bypass », ils sont également équipés de vannes à brancher sur une bouteille pour charger le fluide dans l’installation, vidanger ou tirer au vide.

Pour les mesures et les calculs rapides ne nécessitant pas de circulation du fluide, le frigoriste peut aussi utiliser les sondes connectées Testo.

La détection des fuites
Le contrôle de l’étanchéité des installations frigorifiques s’effectue à minima tous les 12 mois, parfois plus fréquemment en fonction de la taille de la machine et de la quantité de fluide qu’elle contient. Pour détecter les fuites, le frigoriste peut utiliser un détecteur de type testo 316-3 ou testo 316-4. L’appareil est doté d’un capteur à promener le long des tuyaux de l’installation, des raccords et des échangeurs. En cas de fuite de fluide frigorigène, une alarme lui permet d’identifier la source de la déperdition et de la réparer.

Le tirage au vide
Lors de la mise en service et de la maintenance, alors que l’installation est vide et avant de la recharger en fluide, il est important d’effectuer un tirage au vide. Cette opération consiste à supprimer l’humidité contenue dans le circuit pouvant endommager l’installation. Pour cela, le frigoriste branche une pompe sur la machine. L’abaissement de la pression permet l’évaporation de l’eau à la température ambiante et facilite son évacuation. Pendant l’intervention, il est primordial de contrôler la pression du vide atteint et la température d’évaporation de l’eau obtenue en continu à l’aide d’un vaccuomètre de type testo 552.

En plus de ces mesures obligatoires, il est indispensable de se référer à la réglementation frigorifique afin de garantir la sécurité et le bon fonctionnement des installations froid.