Les applications thermographiques dans les secteurs du bâtiment et de l’électricité sont bien connues, mais il existe d’autres applications très intéressantes encore « confidentielles » dans le domaine médical et notamment en médecine vétérinaire. Testo a rencontré la société « Thermographie Vivante » spécialisée dans cette application.

Testo : pour quel type d’application utilisez-vous nos caméras ?

TV : Nous intervenons dans différents domaines : Nous réalisons des prestations en thermographie équine et formons aussi des opérateurs certifiés en thermographie équine. Nous prenons part à des programmes de recherches en assistance technique aux chercheurs pour la mise en place de protocoles de prise de clichés.

Testo : que peut on mettre en évidence dans ce type d’application ?

TV : Chez les chevaux, par exemple, qui n’expriment pas forcément la douleur, l’utilisation de la thermographie va mettre en évidence des signatures thermiques montrant des blessures, des problèmes osseux, des élévations de températures à certains endroits qui sont les signes d’une pathologie en préparation (fourbures, par exemple). Hier, nous avons eu le cas d’un cheval qui devait participer au dernier concours de saut d’obstacles de la saison. Après l’avoir examiné, nous nous sommes aperçus qu’il avait un hématome à la base de l’encolure et qu’il était préférable pour lui de ne pas participer à cette compétition car le risque d’aggravation de blessure était trop grand.

 

Testo : vous êtes en train de dire que la thermographie peut être une aide importante pour les vétérinaires ?

TV : Tout à fait, mais aussi pour les ostéopathes, les soigneurs, d’une façon générale tous ceux qui œuvrent pour le bien-être animal.

Testo : quelles sont les applications et les contraintes d’utilisation de la thermographie dans la médecine vétérinaire ?

TV : la thermographie peut être utilisée chez les animaux dans de nombreuses applications : contrôle des inflammations ou infections avant l’abattage d’animaux à viande, contrôle des animaux en élevage, hyperthermie, abcès, inflammations articulaires…

Cependant, la présence de poils épais ou de plumes crée une couche isolante. Pour les animaux à poils longs , il est nécessaire de les tondre soit en totalité soit partiellement. Autre exemple, dans le cas de grippe aviaire, pour repérer des individus en hyperthermie dans un élevage de volailles, la prise de mesure doit être réalisée sur la tête de l’animal plutôt que sur les plumes.

Testo : quelles sont vos préconisations pour l’utilisation de la caméra thermique dans ces applications ?

TV : Pour ces applications comme pour toutes les autres, il est impératif de suivre une formation initiale sérieuse dispensée par des professionnels reconnus dans leur domaine pour comprendre et appréhender les difficultés auxquelles il faut faire face tant au niveau des prises de vue qu’au niveau de l’analyse. La formation que nous dispensons en thermographie équine dure 4 jours et demi avec un examen à l’issue donnant accès à une certification « Thermographie Vivante ».

En conclusion, quelles que soient les applications, la formation spécifique n’est pas une option, elle est primordiale, obligatoire et incontournable et la qualité des caméras thermiques Testo  au niveau de l’image est incomparable dans cette gamme de prix.